Terminologie Lexique
Fleuve : Cours d'eau qui forme avec ses affluents un réseau hydrographique drainant jusqu'à la mer les eaux de ruissellement d'une surface géographique appelée bassin versant.

superficie des bassins versants en km2

Garonne 53.000
Loire 115.000
Rhin 224.000
Rhône 99.000
Seine 78.600
Coefficient d'écoulement : rapport du volume des eaux arrivant à la mer et des eaux  tombées sur le bassin (Seine 30%, Rhône 48%)

Débit : quantité d'eau évacuée, il s'exprime en m3/sec.
Le débit est fonction de la section du cours d'eau et de sa vitesse. (Torrentiel, rapide, lent, quasi stagnant). Évalué sur une échelle graduée ou au moulinet à des niveaux différents pour déterminer la vitesse en fonction de la hauteur d'eau. (Nv. traceurs radioactifs, jaugeages chimiques par dilution , traitements par ordinateurs)
Débits habituel extrêmes
Rhin 2.200 790-900
Rhône 1.700
Loire  650 75-1000
Garonne 630 100-900
Seine 400 50-1.650
Var 60-2.570
Débits moyens en fonction de la Saison :
Seine 60 m3/sec. exceptionnel périodes très courtes
100 m3/sec. étés secs juillet août
150 m3/sec. périodes sèches juin octobre novembre
250 m3/sec. moyenne décembre à mai sauf crues

Vitesse du courant : Pour la Seine le courant est normalement de 1 à 2.km/h. sa vitesse augmente à 4 km/h en début de crue pour se stabiliser entre 5 et 7.km/h dès que les barrages sont totalement ouverts.

N.G.F : Nivellement Général de la France. Jusqu'en 1969 plusieurs systèmes de nivellement coexistaient, la navigation en avait un, la SNCF un autre ...il est souvent précisé NGF IGN69 

Exemples de superficie d'aéroports :
ADP aéroport de Paris occupe 6.585ha
Orly  : 1.530ha ; Roissy : 3.175ha ; Dallas : 7.080ha ; le plus grand Riyad : 22.500ha. Le périmètre de l'aéroport envisagé dans la Somme " Picardie-Europe " oscille entre 3.000 et 10.000 ha 

Bassin versant : Surface d'écoulement vers un point de collecte bas.

Coefficient d'imperméabilisation
ou de ruissellement :  pourcentage de l'eau de pluie qui n'est pas absorbé à l'endroit ou elle tombe. Dépend de la nature de la terre, de sa pente, des obstacles, haies, sillons,  fossés. (7 à 15% en zone naturelle forêt ,  jachères -15 à 25% en zone rurale si bien drainé - 50% en zone pavillonnaire avec jardins représentant environ 5*S2 du pavillon)

Débit de rejet : s'exprime en l/sec/ha (litre seconde à l'hectare géographique). Imposé par le schéma directeur pour tout nouveau programme par la loi Barnier il est  fonction de la surface, du sol, de la pente, de l'environnement local.  En région parisienne il est de 2 à 4l/sec/ha.

Étiage : niveau des basses eaux

Hauteurs d'eau
: en un moment et en un lieu. Ainsi il varie en fonction de la marée dans un bief maritime, le CMH (Carte Marine du Havre ) donne la hauteur par rapport à ce point zéro local au Havre. (Rouen = +4 CMH, Poses +4,72 CMH). - B.M. basse mer, P.M. pleine mer.

Marnage : élévation du niveau d'eau correspondant au volume de stockage possible. 

Nappe alluviale
constituée par les alluvions, les sédiments, laissés par le fleuve. La Loire en période basse en est une parfaite illustration.

Nappes phréatiques : ( du grec phrear, atos "puits" : nappe d'eau souterraine qui alimente des sources, des puits ( le Petit Robert ). Les nappes phréatiques incriminées dans les crues sont des nappes superficielles alimentées par la pluviométrie qui débordent aux affleurements.

Niveau de
Marnage : niveau prédéfini de stockage des eaux en fonction des crues de référence decennale, vingtennale ou centennale. Le bassin peut être à niveau d'eau permanent ou à niveau d'eau vide. L'évacuation pré-contrôlée se trouve au niveau de la nappe d'étiage.

Temps de concentration du bassin versant : temps de latence entre le démarrage et la pointe de crue sommet de l'hydrograme.(courbe Quantité /Temps)

P.H.E.N. : Plus Hautes Eaux Navigables

Zéro local : (plus basses eaux connues) est à la hauteur locale au-dessus du zéro des cartes marines.