Les mariniers se défendent et écrivent
Sur leurs demandes expresses leur courrier est visible en cliquant sur les liens                Défaut d'Avis à la batellerie. 

MM Paul CANLER Bateau SINAÏ

Deulémont 17 octobre 2002

V.N.F. A l'attention de Mme L.- 54000 NANCY

52 rue Charles de Foucauld 54000 NANCY

Objet : Avis à la batellerie CMR/02/ AE/39                                                    Deulémont, le 13 octobre 2002 

Madame,

Faisant suite à nos différents entretiens téléphoniques en date du 30/09/02 et du 01/10/02 concernant l'avis cité en référence, je viens par la présente solliciter vos services en Vue d'un règlement amiable pour la perte d'exploitation de mon entreprise.

Effectivement lors de mon passage au souterrain de Mauvages, les agents sur place s'étonnaient de mon chargement à Houdelaincourt en destination d'Helmond de 240 Tonnes d'orge (suite à un affrètement du 24/09/02) au Vue de la faible cote d'eau (d'environ 2.3.sm). Après ces remarques j'ai appelé certains de mes collègues ayant chargé à cet emplacement pendant la moisson et ceux-ci m'ont signalé qu'effectivement la navigation ne poserait pas de problème dans le bief de partage mais qu'il yen aurait sûrement de Houdelaincourt à la porte de garde de Mauvages.

Tenant compte de ces remarques j'ai contacté Monsieur A. pour lui faire part de mes inquiétudes. Il m'a dit qu'il allait réduire les écoulements en vue d'une remise à niveau de ce bief. Hélas le lendemain matin la cote d'eau du bief restait la même, soit 2.34 m. Vous avez donc pris la décision de réduire l'enfoncement à 1.60m.

Dés que l'avis à la batellerie m'est parvenu je suis rentré en contact avec vous afin de vous signaler que votre décision était judicieuse mais tardive étant donné que je pouvais me considérer en transit sur ce secteur puisqu'affrèté le 24/09/02 par la société L. et prévu de charger à 1.8Om d'enfoncement.

Vous m'avez dit que dans le précédent avis CMR/O2/AE/37 vous ôtiez déjà toutes responsabilités en cas d'avarie sur le fond d'un bateau chargé à 1.80 m, puisque vous ne pouviez plus tenir le pied pilote; et si je chargeais à cet enfoncement ce serait à mes risques et périls et ma requête serait nulle et non avenue en cas de problème puisqu'il s'agissait d'un cas de force majeure (sécheresse).

Seulement comme je vous l'ai expliqué au téléphone, si lors du précédent avis vous aviez décidé de réduire les enfoncements comme cela aurait du être fait~ je serais resté sur le bassin rhénan où la société T. me proposait du travail. Je pouvais également effectué un transport de bois de Houdelaincourt pour Ostende à 19,06 € par Tonne au lieu de celui-ci à 13.30 € pour un chargement de 192 Tonnes à la place 240 Tonnes (soit une perte de 48 Tonnes + les frais de déplacement à vide).

Je vous ai également signalé que j'avais téléphoné à Monsieur Didier Gaillard le 27/09/02 et à une autre personne le 25/09/02, ainsi qu'à la C.N.B.A. et à aucun moment nous n'avons été avisé d'une éventuelle restriction d'enfoncement.

En attendant une réponse favorable de votre part, je vous prie d'agréer, Madame, l'expressiol1 de mes salutations distinguées. 

Paul CANLER 

Copie jointe à : Monsieur G (direction VNF)
la C.N.B.A. 
l'association F .A. U . V .E. 
Monsieur le Ministre des Transports 
notre protection juridique 

Suite      

Accueil       Sommaire 1    Aide   Table    Tous droits réservés     15/04/05     Ceci est une  Production     PENICHE.COM