« Voiles de Loire, des bateaux et des hommes… »


Fête de la gabarre 2001
Sur les quais de Cosne, avant le départ pour Paris

A la regarder couler paisiblement au pied de nos cités, on oublierait presque que la Loire, avant de devenir ce patrimoine naturel mondial sauvage et sauvegardé, formait, il y a encore à peine un siècle et demi, l’axe fluvial le plus navigué de France.
Difficile d’envisager que des bateaux puissent circuler sur ce fleuve parfois de sable… Impossible d’imaginer toute navigation sur les flots rugissants du fleuve en colère…

Et pourtant… gabarres, gabarrots, chalands et futreaux constituaient une flotte innombrable sur ce « chemin qui marche ». Longues coques étroites à fond plat pour glisser sans s’échouer sur les fonds sablonneux, larges voiles carrées gonflées par les vents de Mar ou de Galerne, piautres, ces gouvernails si particuliers, guindas facilitant l’endrémage au passage des ponts, bâtons de quartiers pour éviter les nombreux obstacles… sont autant d’éléments caractéristiques d’une batellerie qui a su s’adapter aux conditions et qui a permis la descente ou la remonte de quantité de marchandises sur des trains de chalands interminables.

Qu’elle véhicule des matières premières, minerais, bois, pierre, ardoise, sable, des produits manufacturés ou artisanaux, productions des Forges Royales de la Chaussade, ces faïences de Nevers si fragiles ou ces poteries de grès de Saint-Amand-en-Puisaye, des denrées alimentaires comme nos vins régionaux ou des marchandises coloniales, sucre, coton, épices, la Loire a été le vecteur d’échanges commerciaux sans précédent.

Quel mérite donc pour ces mariniers qui savaient se jouer des caprices du fleuve pour alimenter toute une population ! Ce peuple de l’eau, discret mais travailleur, ces hommes du fleuve, libres, volontiers bagarreurs et hâbleurs, composaient une cohorte de confréries solidaires implantées dans toutes nos cités ligériennes.
Cette exposition « Voiles de Loire, des bateaux et des hommes » vous propose une évocation, non pas d’une marine depuis longtemps disparue, mais bien au contraire d’une tradition batelière retrouvée.
 

Et si vous voulez vous initier au langage marinier,
 Commandez le dictionnaire illustré

Suzanne GAUDRY - DE RIZ
Portrait de Daniel
BORNET
Gabarrier du Haut Val de Loire « Le Gaulois »
(Pastel sur papier)

Grâce au soutien de l’Association des Gabarriers du Haut Val de Loire qui a prêté des maquettes de leurs bateaux, grâce à des portraits de ces « gueules de Loire » nés sous le pastel de Suzanne GAUDRY, embarquez, au fil de l’eau et au gré des courants et des vents dans la Belle Cosnoise pour un voyage vers Paris ou Orléans.

EXPOSITION 26 février - 21 mars 2004
musee@mairie-cosnesurloire.fr

Toutes les rencontres- Pont de Cosnes/Loire  - Voiles de Loire  - Crues à Cosnes/Loire  - Le passeur  - Mariniers bateliers - Pont du 20ème siècle - Lavandières
 
Accueil       Sommaire 1    Aide   Table    Tous droits réservés     04/02/06     Ceci est une  Production     PENICHE.COM