Le TRAITÉ  pour une CONSTITUTION

    Nier l'Europe n'est certainement pas la volonté des Français, mais la construire avec toutes les chances de réussite pour ses ressortissants, et ne plus les entraîner dans les conflits et la guerre, voilà certes l'espoir de tous.

    L'histoire pourtant, aurait dû nous apprendre, que la guerre n'est pas engendrée par les peuples mais par ceux qui ont, ou prennent le pouvoir, et le peuple est conditionné, entraîné, enrôlé et condamné à la subir, la faire.... et compter ses victimes, reconstruire sur les ruines et s'interroger sur le pourquoi d'une telle escalade qu'aucun contre-pouvoir n'a su arrêter.

    Or voilà déjà que les défenseurs du « Non à la constitution » sont taxés d'être de mauvais citoyens et la France dite menacée de « rester au bord du chemin » par leur faute.

Ne faut-il pas remarquer que :

 - Cette constitution de quelques 852 pages n'a pas été demandée par le peuple a qui l'on dit qu'elle lui donnera tout et qu'elle est indispensable à la paix de l'Europe.

     - Qu’on ne l'aide ni à la lire ni à la comprendre ?

     - N’est-il pas étonnant que la lecture de cette constitution de 42 fois plus de pages environ que la Constitution française ou américaine soulève tant d'objections, de réserves et finalement de rejet de la part de ceux qui l'ont lu ? 

    - N'est-il pas surprenant que toutes ces objections ne trouvent aucune réponse de la part des défenseurs du « OUI » sinon des injonctions, des menaces et exhortations « de ne pas avoir peur » ?

    - N'est-il pas choquant de constater d'un soutien étatique et financier des campagnes pour le « Oui » et de pressions sur les ténors du « Non » pour conduire un référendum qui se dit démocratique ? 

    Alors si nous n’avons pas lu ce projet de Constitution, pas trouvé clairs ses textes qui nous engagent définitivement, pas été motivé ou tout simplement trouvé trop pressant le martèlement non motivé du "OUI", peu convaincantes les explications sans arguments de nos responsables, donnons du temps au temps, donnons à l'Europe un délai de réflexion, à la France la liberté de se reconstruire, laissons-nous courtiser comme l'Angleterre, et nous serons non seulement suivis par les autres pays mais deviendrons les initiateurs d’une Europe culturelle, démocratique, acceptée et contrôlée par ses peuples donc soutenue et plus forte.

La constitution actuelle renferme en elle le germe de la révolte des peuples qui en attendent tout, trompés en cela par ses promoteurs. Poussés à dire Oui, à faire confiance, sans avoir le temps, le courage de la lire et la comprendre, le peuple désillusionnés va réaliser son impuissance à s'exprimer même à travers ses représentants élus du Parlement européen qui perd l’initiative des lois au profit du seul exécutif :

articlel-26 : § 2 « Un acte législatif de l'Union ne peut être adopté que sur proposition de la Commission, sauf dans les cas où la constitution en dispose autrement. Les autres actes sont adoptés sur proposition de la Commission lorsque la Constitution le prévoit. »



Cet article non négociable, prive le Parlement européen de l'initiative des lois.
Et c'est ainsi que les pouvoirs législatif et exécutif sont dans les mêmes mains


Ce pouvoir sans contre-pouvoir et sans contrôle des pouvoirs n'est-il pas la négation de la démocratie et l'ouverture à l'arbitraire ?

Accueil       Sommaire 1    Aide   Table    Tous droits réservés     04/03/14     Ceci est une  Production     PENICHE.COM