P dico marinier abécédaire

Lexique de la Voie d'eau
Pageotte : Grand aviron d'une douzaine de mètres de long servant à faire avancer légèrement le bateau sur le courant.
Paillot :
Tillac des péniches en bois ou plancher d'houle.
Palatre : 
Bande mince en zinc ou tôle galvanisée clouée sur la bordaille pour arrêter les fuites.
Palonnier : 
Pièce en bois avec un crochet central pour la maillette et servant d'attelage aux traits du harnais des chevaux de halage. Syn. croupière.
Palot : Pelle en bois servant à la manutention des céréales.
Palplanches :
Tôles épaisses s'emboîtant entre elles verticalement pour faire une ligne continue de retenue. Elles sont enfoncées le long des berges pour les endiguer.
Panama : Surnom donné aux charretiers des compagnie de halage qui se protégeaient avec un chapeau à larges bords.
Panier à meuler : Sac de sciure pour boucher les éclis entre les planches de bordaille sur les péniches en bois.
Panneau de signalisation :
Indication visuelle jalonnant la voie navigable.
Panneaux roulant : Système de fermeture de la cale, remplace les écoutilles.
Parafouille : Rideau étanche placé sous un ouvrage (digue, barrage, etc .) pour empêcher un écoulement d’eau (renard) ou un affouillement.
Pardon (le): Fête des mariniers. Après avoir cherché la flamme à l'Arc de Triomphe la veille, les mariniers de Conflans-Sainte Honorine défilent avec leurs bateaux pavoisés ; Du haut du premier, qui porte la statue de Saint-Nicolas patron de la batellerie, le curé bénit les bateaux.
Pare-battage :
Flotteur de protection suspendu le long de la coque pour la protéger.
Pare-chignon :
Portique souvent en fer forgé de 2m de haut, soutenant le passe-mât quand ce dernier était couché. Il protégeait le chignon de la marinière.
Parer un câble : Préparer la manœuvre d'un câble dans de bonnes conditions.
Parfait de tillac :
Bordure longitudinale du plancher de soute sorte de couvre-joint.
Partage des eaux (ligne de..) :
Ligne de crête de montagne qui sépare la direction d'écoulement des eaux.
Passage rétrécis :
Tronçon de la voie d'eau ou le croisement est interdit pour cause de rétrécissement.
Passage-outre :
Allongement ou raccourcissement du parcours d'un bateau suite à un déroutement ou un changement de destination.
Passage d'eau : Installation servant à traverser un cours d'eau à l'aide d'un bac.
Passavant :
Terme de plaisance qui désigne la passage étroit de chaque côté du bateau.
Passe-mât :
Élingue, dont une des extrémité est accroché à la poupée, l'autre passant au sommet du mât munie d'un crochet pour accrocher la maillette ou le tirage lors du croisement d'un bateau avalant. On faisait "au-lève". L'avalant passé la mailette était ré amarrée sur un boulard ou le mât de canal.
Passe navigable :
Partie navigable d'un cours d'eau, d'un barrage couché ou d'un pont.
Pataches :
bateaux, chargés sur les rivières, de contrôler la contre-bande du sel à l'époque de la gabelle.
Patin de boutage ou patin d'équarre :
Sur les bateaux en bois renfort à encoche et coin de calage fixé sur les bohingues  permettant de maintenir une perche sans déraper lors de son utilisation.
Patin de naviage :
Caillebotis en bois, fixé au sol, arrondi dans la circonférence de l'amintot. Il permet de prendre appuis avec les jambes pour repousser la barre. Appelé caillebotis sur les berrichons.
Patte d'oie :
Estacade d'attente pour être éclusé. Expr. "marinier de patte d'oie" se dit de quelqu'un de craintif qui a peur de naviguer.
Patouille : Grande rame permettant de diriger la sapinière qui avançait par la force du courant.
Pavillon :
Drapeau ou flamme indiquant une signalisation, un emblème ou une nationalité.
Pavois :
Tôle séparant le passage devant la marquise et la cale. Beaucoup de bateaux n'ont plus de passage, la tôle subsiste en élément de décoration.
Peack :
Cloisonnement intérieur étanche en cas d'avarie situé aux deux extrémités du bateau entre l'avant ou l'arrière de la péniche et la première cloison étanche. Parties, souvent utilisés en logements. (Orthographe voisine pic).
Péage :
Droit d'accès ou de passage ; se pratique de nouveau depuis 1991 sur les voies navigables françaises dont VNF à la gestion.
Pencher (se) :
s'amarrer.
Péniche :
Embarcation fluviale originaire du Nord de la France dépourvue de moteur fixe. Classification d'un bateau de canal l'opposant à un chaland ou un petit bateau. Le terme officiel est automoteur. Les mariniers utilisent exclusivement le mot bateau. L'origine semble venir du mot pinasse, bateau en pin du midi, transformé  en Angleterre en "pinace" et rapatrié dans le nord de la France en péniche.
Pénichien : 
Marinier du nord.
Pénichienne (la) : Nom de la "Société Anonyme de Remorquage" Son logo était un grand "P" blanc inscrit dans le bandeau rouge qui entourait la cheminée de ses remorqueurs. Elle en exploitait une vingtaine dont plusieurs appartenaient à L'Office national de la Navigation O.N.N. (1904 jusqu'aux années 1960)
Pente d'eau ou coin d'eau : Ouvrage d'art, permettant le franchissement d'un dénivelé entre deux biefs navigables, dans lequel un mécanisme pousse une péniche sur une pente pour lui faire franchir une dénivellation.
Perche :
Dispositif suspendu à proximité des écluse automatiques permettant le déclenchement du processus d'ouverture.
Perche(s) :
Manches de bois de différentes longueurs munies à une extrémité d'un fer à deux pointes servant au boutage et à l'équarrage.
Perré
:
Système de protection des rives contre l'érosion. Revêtement de pierre d'un talus. Par extension, le talus lui-même.
Pertuis ou Passe:
Passe navigable d'un ouvrage d'art. Avant l'invention des écluses le passage se faisait par le pertuis sorte de porte unique dans le barrage. Partie d'un barrage où l'on peut passer lorsque les aiguilles sont enlevées.
Petits boches : 
Péniches d'origine allemande livrés à la France en dommage de guerre appelés aussi "gros numéros". Les surnoms qui désignent ce bateau s'expliquent par leur origine et par la méfiance des mariniers vis à vis des bateaux en fer.
Petit hollandais :
Bateau d'origine hollandaise de moins de 30 mètres pour l'habitation ou la plaisance.
Petit-mât : 
Mât de canal, servait au halage. (voir mât).
P.H.E.N. (Plus hautes eaux navigables) : 
En période de crue, limite au-delà de laquelle la navigation est interdite ou se poursuit aux risques et périls des bateliers ou plaisanciers. 
Pic :
(Préférez peack) Pic avant, pic arrière parties intérieures étanches sur les bateaux en fer situées aux deux extrémités du bateau, étaient utilisés en logements sur les bateaux en bois. Syn. coqueron,(en mer).
Pied :
Réduit démontable posé sur un plancher à même le chargement. Il servait l'été de cuisine, de buanderie.
Pied de mât : Partie inférieure du mât sur laquelle sont fixés les contrepoids.
Pied pilote : c
correspond à la hauteur libre entre le fond du bateau chargé et le fond du chenal. Il est réglementairement de 0,40m sur les voies navigables intérieures. Il est malheureusement depuis trop longtemps impossible de trouver cette sécurité sur les voies françaises. 
Organe droit d'amarrage à terre.
Pige :
Mesure en bois graduée en centimètre servant à métrer un bateau.
Pilote :
Comme dans un port de mer, le pilote, ancien marinier lui même, connaissait bien la rivière, le canal ou le passage délicat pour remplacer le marinier  momentanément.
Pinoche :
Coin rond fabriqué à l'aide d'un manche à balai ou d'un bout de bois pour colmater en premier secours une petite avarie. Également broquette.
Piquet :
Support de garde-corps ou chandelier pour la plaisance.
Les voies navigables sont jalonnées de bornes kilométriques de l'amont vers l'aval.
Planche d'embarquement :
Planche d'environ 6 mètres par 30 cm permettant le passage entre la rive et le bateau.
Planche porte-devise :
Planche en bois vernis fixée à l'avant et dans l'axe portant la devise du bateau.
Plan incliné : Système de transbordement de bateau entre deux biefs constitué par un bac supporté par des bogies se déplaçant sur un plan incliné à dix pour cent. 
Plage avant, plage arrière :
Continuation à l'avant et à l'arrière des plats-bords.
Plat-bord :
Passage latéral extérieur gauche ou droit reliant l'avant et l'arrière du bateau d'environ 50 cm de large le long de la cale entre l'hiloire et le bord du bateau.
Platine : 
Protection ou bande métallique d'usure d'environ 0,08m de hauteur fixée en ceinture sur le bas des planches inférieures de la bordaille. Elle protégeait des frottements sur les lits des canaux.
Bande de tôle que l'on pose l'hivers sur l'avant du bateau pour protéger la coque des glaces.
Platis :
Banc de sable à fleur d'eau. Peut se trouver hors du chenal navigable.
Plets :
Façon de ranger les cordes en ronds ou en ovales, chaque tour est un plet. On tient compte du sens du commettage pour éviter coque et vrille.
Poet :
(nord) Logement avant des péniches en bois.
Pointe :
Extrémité avant du bateau, "la pointe".
Pointil - Pointis :
Avancée de terre au confluent de deux cours d'eau. Confluent mais du côté terre.
Poite (le) : 
Compartiment avant sous l'éveule rangement d'outils, lessiveuse réserves ou logement du matelot.. Le mot semble venir du patois du Nord pointe, "l'pointe" "le poite".
Pomme de touline :
Boule de cordage tressée au bout d'une cordelette pour lancer les amarres. Également ligne de jet.
Pompe :
Du temps des bateaux en bois la pompe se composait d'un long tuyau en zinc plongeant par les coches de pompes jusqu'au fond. Un manche à poignée coulissait dans ce tuyau avec au fond un seau à clapet lesté.
Pont canal : Ouvrage de maçonnerie et d'acier grâce auquel un canal peut franchir une vallée. 
Pont d'écurie ou pont :
Grosse passerelle en bois d'environ 5mètres par1,50 pour le passage des animaux embarqués.
Pontée :
Marchandise arrimée dépassant le chargement en cale. Pour les marchandises en vrac on dit aussi comble.
Ponton : 
Construction flottante et petites embarcations basses et plates servant aux travaux d'entretien, par extension les appontements flottants mais fixes.
Porte de garde : Porte d'écluse unique destinée à empêcher la vidange d'un bief ne se terminant pas par une écluse.
Porte-fanaux Porte-feux : Pied en fer placé à l'avant du bateau sur lequel on fixe les fanaux.
Port en lourd :
Poids total admissible sur un bateau. Comprend : cargaison, approvisionnement, etc.
Portes de garde : Portes d'écluse permettant en période de crue, ou de chômage, d'isoler le canal de dérivation.
Port fluvial :
Emplacement le long de la voie d'eau permettant le dépôt de marchandises, le chargement ou le déchargement du bateau.
Poubelle :
A toujours été en terme de marinier le bateau honte parceque mal entretenu. (Même avant Coluche...)
Pourcevoir :
(Canal de Berry) Plate forme à l'avant de l'écurie.
Poulain :
(Canal de Berry) Pont à embarquer les animaux de traits (ânes) Syn. Pont d'écurie.
Poulie coupée :
Grosse poulie ouvrante qui était utilisée aux têtes d'écluse pour faire entrer les bateaux en faisant faire demi tour aux chevaux. Syn.blos.
Poulie de retour : 
Poulie ouvrante fixée à terre et utilisée en retour quand le tractage ne pouvait pas se faire en direct faute à un obstacle.
Poupée :
Petite pièce en bois pour amarrer un petit cordage. Paire de petits boulards en bois fixées sur l'écuchon arrière permettant d'attacher l'esclin d'amintot quand le bateau est arrêté et la boucle du passe-mât quand le bateau est tiré. Syn. écaches.
Pousser en allant :
Déplacer le bateau en le poussant du plat-bord à l'aide d'un perche dont le fer repose sur le fond du canal.
Pousser à balle :
Aller à l'extrême limite du débattement de l'amintot, le marinier avait le dos dans le vide. "On poussait à balle".
Pousseur : Bateau servant à pousser un train de chalands ou de barges ils remplacèrent les remorqueurs. Ce changement de conception, fut une véritable révolution culturelle qui ne se fit que dans les années cinquante.
Poteau de kilométrage :
Poteaux de jalonnement le long des voies navigables couramment identifié par PK. Ce sigle figure sur toutes les cartes de navigation et sert à localiser de façon précise toutes les installations.
Poteau de trématage : Disque placé à quelque distance d'une écluse marquant la limite permise pour le trématage.
Prélart :
Bâche solide attachée par des cordelettes que l'on passe sous la coque du bateau pour circonscrire en premier secours une voie d'eau. La force de la pression de l'eau colmate provisoirement l'ouverture.
Préceinte, Présinte, Sangle :
Bande de toile
Présinter , Préceinter: 
Étanchéifier à l'aide de bandes de toiles badigeonnées avec un mélange de goudron de Norvège et de farine d'orge clouées entre les planches d'écoutille.
Presse-boutons : 
Nom familier des éclusiers des écluses et barrages électriques (en opposition des manœuvres d'éclusages manuelles ou de relève des aiguilles des barrages
Projecteur :
Appareil électrique directionnel à grande portée servant occasionnellement pour certaines manœuvres.

 

 

 

 

palplanchesPalplanches lors des travaux du 
      barrage du Coudray et bajoyer du sas
      photo B. Kuntz

 

 

 

perches
perche

porte-feux
feux babord de la Fauvette

pomme de touline

ligne de jet

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

poulie ouvrante

 

Pousseur

 

 

Pomme de touline

 

 

 

 

 

 

Pousseur

 

 

 

Biodiv91.net  dernière mise à jour 19/03/15