Fn_00805.bmp (7478 octets) abécédaire

Lexique de la Voie d'eau

Macaron
ou Roue de gouvernail : Appareil de direction en forme de roue servant à manœuvrer le treuil de gouvernail les poupées sont cerclées par mesure de prudence
Machine :
Moteur, vient de l'époque des machines à vapeur. L'on dit toujours la salle des machines. 2) tracteur électrique pour hâler les bateux.
Maillette : Longue corde fixée à l'avant du bateau ou au mât pour le hâler, était en cordage mixte de 12mm de diamètre pour le tractage par chevaux. On distinguait la mailette de Saône d'environ 200m de long et la mailette de Marne plus courte (70 m environ). Syn. verdon.
Mandelette : Voir manne.
Manger des moules :
Manquer un virage et frotter la berge.
Manille :
Étrier en fer muni d'un axe fileté à une extrémité et d'un anneau de l'autre, l'ensemble est démontable.
Manille :
Plante textile employée pour la fabrication des cordages fluviaux. Le manille était préféré au chanvre et au sisal pour sa résistance et sa plus grande légèreté mais manquait de souplesse.
Manillon :
Axe fermant la manille, fileté à une extrémité formant anneau de l'autre .
Manne : 
Grand panier en osier muni d'un long manche servant à "meuler les bordailles". Syn. mandelette Les bateaux vides tenus hors d'eau séchaient et les planches rétrécies laissaient passer l'eau. Pour colmater ces fuites avant un chargement, on faisait glisser la manne remplie de sciure de bois, voir de cendres, de haut en bas, l'orifice vers le bateau, jusqu'à ce que la sciure pénètre et gonfle entre les planches disjointes.
Marche à blanc :
Se dit d'un remorqueur qui navigue sans tirer de bateau.
Marche à couple : Deux bateaux qui naviguent bord à bord ;  il arrive qu'un des deux moteurs soit coupé.
Marche en 45 mètres :
Deux bateaux qui naviguent à couple mais décalés pour faire une longueur ne dépassant pas 45 mètres. Cette dernière contrainte à été oubliée depuis que les bateaux font plus que 38,50 mètres mais l'expression est restée.
Marinier :
Conducteur de péniches, chalands ou remorqueur sur la voie d'eau fluviale.
Margota :
Petit bateau plat, de faible tirant d'eau, qui servait souvent à l'entretien des cours d'eau.
Marnois :
1)  Bateau du bassin de la haute Seine. Ressemble à la gabare de la Loire 17/18ème siècle.  2) Se dit de l'amarrage en trois point quand le bateau tracteur développe le filin de son centre arrière vers deux points latéraux avant de la remorque. On dit "remorque croisée" quand l'amarrage se fait sur quatre points et est croisé.
Marocains : Automoteurs très effilés, équipés de moteurs "bolinder" de 45 CV ils rivalisaient avec des bateaux de 100 chevaux. La Cie H.P.L.M. propriétaire les avaient baptisés du nom de villes étrangères "Sartène", "Toubouctou" était-ce là l'origine du surnom ?
Marquise :
Abri de navigation ou timonerie. La marquise est démontable pour la navigation à vide en canaux. On démarquise.
Mascaret : Courants dans l'estuaire de certains fleuves provoqués par la marée et le courant du fleuve.Vague déferlante produite dans certains estuaires par la rencontre du flux de la mer et des eaux de la rivière.
Masse d'écluse ou Bajoyer : Mur latéral d'une écluse.
Mât :
Tube d'acier dressé à la verticale pouvant se replier et servant à porter feux de mât et flamme ou autre marque de signalisation.
Mât de canal :
Mât court de 2 mètres maximum, fixé sur le den-bord de chaque coté au 1/4 avant du bateau, servant à la fixation de la maillette pour le halage et de support de hauban pour la sauterelle.
Mât de charge :
Perche articulée au pied du mât de canal reliée par un petit câble à son extrémité. Permet au marinier de sauter à terre en se suspendant à son extrémité. Syn. sauterelle (voir ce nom).
Mât de canal ou petit mât
:
Mât plus petit que la mât de rivière permettant le halage dans une voie étroite.
Mât-clair : Caisson en demi tranche en bois ou tôle, situé sous le pont et allant jusqu'au fond de la cale, dans lequel se logeait le pied de mât et ses gueuses quand il était redressé.
Matelin : Orthogr. incertaine Demi clé (voir ce mot).
Matériel :
L'ensemble du bateau et des équipements, tout ce qui ne concerne pas le fret.
mâture : Ensemble des mâts d'un vaisseau. Appareil servant à mâter les vaisseaux.
Mèche de gouvernail :
Axe en acier permettant le pivotement du gouvernail et supportant le safran.
Membrure :
Profil vertical placé tous les 50 cm. dans le plan transversal du bateau, joignant varangue au fond et barrot en plafond.
Membrure porque :
Profil supérieur de renforcement des membrures.
Menue embarcation : Bâtiment de moins de 20 tonnes. 
Mettre en tour (se) : Se faire inscrire au tour de rôle à la bourse d'affrètement.
Mettre un bout :
Placer un câble ou un cordage pour manœuvrer. Mettre un bout dessus : se faire remorquer
Mettre un travers :
Manœuvre à l'aide d'un câble ou cordage amarré a terre.
Meuler : 
Boucher les fuites de la bordaille sur les péniche en bois avec de la sciure de bois contenue dans une "manne" ou panier à meuler,  fermé à la gueule par un nœud cocarde
Meusiens :  Bateaux 38m. X 5 mètres construits dans le Nord de la France plus effilés de l'avant et de l'arrière et en forme de jonque. Construit pour la navigation sur la Meuse.
Mignole : Bateau de la Meuse du18ème siècle a gardé sa forme traditionnelle en 38,50 m.
Milleguenilles : 
Bateaux du Centre à l'époque du halage par les chevaux, appelés "canaux du centre", "Toues", "Minerais" ; le surnom leur venait des bâches rapiécées et délavées qui les recouvraient.
Minerais : 
Bateaux du Centre qui transportaient des minerais de fer.On disait un "minerai"
Miquepin(s) :
Extrémités arrondies avant et arrières des bateaux en bois, en élévation des veules. Équivalent des fargues sur les bateaux en fer.
Mixte : Un mixte est un câble d'amarrage métallique généralement de 6 torons et d'une âme textile au centre. Les torons composés de 9 a 19 fils métalliques ont eux aussi une âme textile. (prononc.) un mixe.
Moïse ou patte d'oie : Estacade en pilotis placée à l'avant ouvrage d'art pour le protéger.
Montant :
Bateau remontant le courant.
Monte-et-baisse :
Bel exemple de langage simple qui s'impose par l'évidence. Vers les années 1920 le chantier Quille et Merville constructeur du Nord inventa le système "monte-et-baisse" ainsi appelé car il permettait quand le bateau était vide d'immerger l'hèlice en la baissant. Elle était montée au bout d'un arbre de 1,50 mètre fixé sur un cardan à la sortie de l'étambot. Ce système performant et pratique était néanmoins trop fragile pour des puissances supérieures à 80 CV. (voir motogodille).
Monter :
Marcher contre le courant.
Motogodille :
Bateaux généralement tractés d'origine, motorisés à l'apparition des moteurs à essence de faible puissance. L'arbre moteur passait au travers la quille et entraînait l'arbre d'hélice fixé sur le safran par l'intermédiaire d'un cardan.
Motopompe :
Pompe entraînée par un petit moteur à essence pour ballaster ou assécher.
Mou (donner du) :
Lâcher du cordage pour s'écarter.
Moufle :
Ensemble de deux poulies avec crochets permettant de démultiplier les forces pour soulever ou tracter ; les poulies peuvent être à plusieurs réas afin d'augmenter la démultiplication et réduire l'effort a fournir.
Mouillage :
Hauteur d'eau disponible, et non endroit où l'on peut jeter l'ancre comme en mer.
Mouille :
État d'une marchandise détériorée par l'eau. État particulièrement crucial quand les péniches transportaient encore du sucre et des denrées alimentaires en vrac.
Moulins-bateaux :
Bateaux à roues à aubes marchant à la vapeur ; Appelés aussi moulins-nefs
Mousqueton :
Pièce métallique dont une partie s'ouvre pour laisser passer une corde ou un anneau.
Moustache :
Pièces de bois servant à protéger les deux côtés d'une péniche en bois contre les frottements. Elles étaient complétées par les queniers placés au-dessus et les faux-queniers placés sous la moustache. Aujourd'hui elles sont en tôles très épaisses.
Moutio :
Haut fond de sable émergeant à la baisse du niveau d'eau. ( Saône ).
Muraille :
Partie verticale de la coque entre les bouchains et le plat-bord.
Musiau : 
Cordage court attaché sur le milieu de la maillette et à un boulard avant, permettait de relâcher ou donner du mou au tirage pour aider à maintenir le nez du bateau dans une direction donnée, mais aussi à ramasser la maillette ou corde de tirage

macaronmacaron

Manille et manillon
PIC00035.jpg (47968 octets)

moufle a deux réas
1160004.jpg (54580 octets)

moufles
116010.jpg (52128 octets)

mousqueton
mousqueton.jpg (998 octets)

motogodille
motogodille.jpg (7570 octets)

 

Biodiv91.net  dernière mise à jour 19/03/15