A dico marinier

abécédaire

Lexique de la Voie d'eau

Abattre ou rabattre :
Changer la direction en allant dans le sens vers lequel le vent pousse le bateau.
A- blanc : Pour un remorqueur naviguer sans bateau à tirer. Se disait aussi pour les chevaux de halage lorsqu'ils ne tiraient pas. Syn. Haut-le-pied.
Ablot  n.f. : Palan, moufle en bois. Syn. blot, saqessus
About :
Jointure entre deux planches du fond ou de bordaille assemblées bout à bout, l'étanchéité se faisait avec de l'étoupe et du goudron de houille.
Accéléré :
Bateau prioritaire du début des bateaux à moteurs qui portait l'inscription "service accéléré" au niveau des épaulures avants. Il transportait des charges périssables.
Accoster :
Ranger le bateau le long d'un quai ou autre
Acculer :
Un bateau s'accule lorsque son assiette offre un enfoncement de sa quille plus important à l'arrière qu'à l'avant.
ACP : Attestation de Capacité Professionnelle concerne tous les artisans bateliers.
Affrètement :
Le bateau est loué pour un voyage. Les bourses d'affrètement, maintenant disparues, mettaient en relation l'affrèteur et le marinier.
Affréteur :
Intermédiaire qui se charge de trouver des frets, des cargaisons.
A fond : Se dit d'un bateau coulé.
Agrès :
Ensemble du matériel mobile nécessaire sur un bateau pour une exploitation convenable.
Aï : ay, eïe, Haï :
(Orthogr. incertaine) Courant tourbillonnant. Expression "monter dans l'ay". On fait l'ay en aval d'une pile de pont ou d'un obstacle.
Aiguille(s)
n.f.  : Pièces de bois de 0,08 X 0,08 cm, amovibles disposés cote à cote, verticalement dans des fermettes formant les barrages. Ils s'enlèvent en période de crue on dit que le barrage est couché. Technique remplacée peu à peu sur les fleuves par des barrages hydrauliques. Voir barrage à aiguilles.
Aiguillots de gouvernail :
Pivots sur la mèche du gouvernail constituants l'axe de rotation de celui-ci.
Aile
n.f.  : 1 Pièce de bois bloquant les planches du fond sur les deux côtés du bateau. Syn. semelles et sambourds pour les deux extrémités arrondis. Les parfaits (voir ce mot ) couvraient le joint entre le tillac et l'aile. 2 Pale d'hélice
Ajas ou à- jas : (Orthogr. incertaine, contraction ) Ancre dit ancre à jas ou ancre de Mannheim (du lieu de fabrication ).
Alléger :
Enlever une partie du chargement.
Aller à l'étalage :
Préparer l'action d'étaler ;   Syn. Aller à la pêche.
Aller à sec :
Échouer le bateau par mauvaise manœuvre ou ignorance de la profondeur du chenal.
Aller debout : Heurter un obstacle par l'avant.
Allonge n.f. : Barre amovible prolongeant l'aminteau
Alternat : Utilisation alternative à sens unique du chenal quand le croisement présente des dangers de navigation. Lorsque l'alternat est réglementé il est fixé par horaire sous forme d'avis à la batellerie. Lorsque l'alternat est libre la priorité revient à l'avalant. Il est signalé par des feux mais il reste un sémaphore sur le Rhin.
Amarre n.f.  : Cordage servant à amarrer un bateau. On dit aussi collier.
Amarrage : Attacher un bateau à un emplacement. "L'amarrage" définit également la qualité de l'amarrage et l'emplacement où l'on pouvait stationner.
Amarrer :
Immobiliser le bateau en le fixant à l'aide de corde ou câble sur des pieux d'amarrage, boulards ou chaumards.
Amasse n.f. : Barre
Ame n.f. : Partie intérieure d'un câble ou d'une corde qui lui donne sa résistance à l'étirement, colorée elle sert de témoin visuel d'usure .
Amintot ou Amainteau :
(Orthogr.. incertaine ) Barre du gouvernail jusqu'à 3,50 mètres de long sur lequel coulissait une rallonge d'amintot.
Amont :
Partie d'un cours d'eau comprise entre le point considéré et sa source. La direction d'où vient un cours d'eau
Amphidrôme :
Se dit d'un mobile qui n'a ni avant ni arrière et qui peut aller dans les deux sens. Exemple. un toueur est amphidrôme.
Ancre
 n.f. : Pièce de fer, forgée, moulée, ou soudée, servant au mouillage d'un bateau. Toutefois il existait des ancres dont le jas était en bois. ( expr.) épouser l'ancre : fixer une corde après l'anneau de l'ancre.
Ancre à main
n.f.  : Petite ancre à poignée dont l'usage est réservé à un amarrage terrestre, on ne mouille pas une ancre à main.
Ancriau ancriot :
(Orthogr. incertaine ) Petite ancre.
Anguille
n.f. : Bateau instable longitudinalement a tendance à faire des lacets.
Anguillers :
Trous pratiqués dans les varangues ou courbes pour permettre l'écoulement vers les crépines d'assèchement.

Anneau d'équarre :
Anneau de fer disposé à l'aplomb du patin de boutage, servant à fixer des esclins pour la manœuvre des perches.
Aquamoteurs :
Nom donné aux bateaux équipés de roues à aubes mues par le courant qui enroulaient sur de grands tambours les longues aussières en chanvre pour tirer les péniches aux endroits à fort courant. L'aquamoteur le plus représenté sur les gravures est celui du pont Neuf.
Arbouvier :
Mât court d'amarre servant au halage sur la "barque patronne" du Rhône.
Arche marinière
n.f.  : Arche d'un pont sous laquelle doit passer le bateau. Les arches sont toujours numérotées depuis la rive gauche.
Ardennais :
Bateau au gabarit Freycinet construit à Pont-à-Bar dans les Ardennes. Syn. Mignole.
Arrimage, Rempellage ou Rempalage : Action d'égaliser un chargement.
Arrivote 
n.f. : Fer plat ou demi-rond placé sur les épaulures avants pour protéger ces parties.
A sec : Se dit d'un bateau échoué.
Assiette d'un bateau
n.f.  : Manière dont un bateau est enfoncé dans l'eau dans le plan longitudinal. Il est bien assis à égal tirant d'eau, en assiette positive ou négative selon qu'il est à cul ou à nez.
Assurance retirement
n.f.  : Assurance concernant les dépenses à engager pour l'enlèvement du fond de l'eau d'objets considérés comme perdus.
Atterrissements : Matériaux solides déposés par la rivière, créant parfois îlots ou plages.
Autieu, Otieu, Perche ou Gaffe : Perche en sapin de 8 à 12 mètres de long munie d'une fourche en fer à sa grosse extrémité et servant à bouter ou à équoire.
Automoteurs :
Bateau qui se déplace soi-même à l'aide d'un moteur. Les automoteurs au gabarit Freycinet sont à tord appelés Péniches. Péniche motorisée. (par opposition aux chalands tractés et aux barges poussées). 
Autorisation spéciale n.f.  : Formalité administrative codifiée par  l'Art 56 (Décret n° 68-741 du 2 août 1968, art.5 ) Remplace le Permis de navigation exigé pour la mise en service d'un bateaux à propulsion mécanique ou d'une barge intégrée dans un convoi poussé. L'autorisation spéciale est requise pour les bateaux stationnaires, engins et établissements flottants ayant une source d'énergie à bord. Cette distinction du Décret semble être oublié par les gestionnaires actuels qui l'exigent et le délivrent pour les bateaux logements stationnaires selon leurs propres critères.
Auvergond : Poutre transversale maintenant l'écartement des deux bordailles latérales de la cale, démontable sur les bateaux en fer.
Aval :
Partie du cours d'eau vers lequel descend l'eau.
Avalant :
Bateau se déplaçant dans le sens du courant ou vers le bief inférieur. Se dit d'un bateau descendant.
Avaler :
Marcher avec le courant.
Avarie
n.f.  : Dommage subi par un bateau ou sa cargaison.
Ava-terre,
Avaterre : Rive où se trouve le chemin de halage. On marchait "ava-terre" quand on marchait du côté du tractage, cas des avalants.
Avis à la batellerie : Informations données par le Service de la Navigation sur les conditions de navigation, dérogeant, à titre temporaire aux dispositions du Règlement Particulier de Police. 
Avitailleur : Bateau aménagé en magasin et station service qui peut avitailler en vivres et fuel pendant la marche.
Axiomètre :
Indicateur d'angle de gouvernail se composant d'un cadran gradué devant lequel se déplace une flèche.

 

 

Barrage à aiguilles

 

 

ancre de Mannheim
ancre de Mannheim collection BK

 

 


ancre à main ou ancriot
ancre à main collection BK


anneau d'é
coire
anneau d'équarre collection BK

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

avitailleur

 un des derniers de la Seine