AVARIE SUR LE BARRAGE DE VARENNES
ARRÊT DE LA NAVIGATION - AVARIE sur le barrage de Varennes 
Une avarie hydraulique sur le barrage de Varennes a provoqué l'arrêt de la navigation sur le bief amont entre le  PK 61,478 et PK 71,2. L'avis à la batellerie émis ce samedi 16 juin à 15H30 précise "la retenue normale n'est plus assurée entre les écluses de Marolles et de Varennes sur la Seine et entre l'écluse de Cannes et la confluence avec la Seine sur l'Yonne."
 Les effets successifs de deux biefs qui se vident brutalement laissant Montereau-Fault-Yonne à sec ; De la déferlante de la masse d'eau vers l’aval ; Et plus tard, le dommage réparé, la remise en eau des biefs avec des bateaux posés au fond et la baisse de niveaux en aval aurait pu provoquer d'énormes dommages aux bateaux de transport comme aux bateaux stationnaires pas forcément écoirés ou même bien amarrés pour ces extrêmes. La peur passée les bateaux stationnaires se plaignent de n'avoir été contacté qu'une fois à sec, alors qu'un appel téléphonique aurait permis de prendre les mesures d'urgences ... 
Cet incident rappelle aussi l'importance d'une coordination de régulation des barrages de navigation d'un même bassin pour éviter une gestion locale, empirique, individuelle des différents biefs pour atténuer les variations de hauteur en aval. 
(18/06/2007) En savoir plus 

Brusques variations ressenties jusqu’à Paris.
Cette vague brutale sous le barrage sinistré ne peut être freinée qu'à Champagne-sur-seine premier barrage. Mais alors qu'en toute logique cette montée des eaux devrait s'atténuer dans sa brusquerie, marche après marche : Champagne 2, La cave 3, Vives-eaux 4, Coudray 7, Evry 8, Ablon 9, pour ne plus paraître à Paris y est encore ressentie. Le même phénomène se reproduit à l'envers quand le dimanche matin 8H00 les avis à la batellerie annoncent "Un retour aux conditions normales de navigation" pour le bief sinistré, et "Une limitation d'enfoncement à 1,8m" pour les biefs EVRY, COUDRAY, VIVES- EAUX." Une analyse précise mettrait en lumière l'indispensable coordination centralisée qui, seule, pourrait anticiper, moduler, réguler les bassins pour limiter les conséquences d’actions locales individuelles. Cette demande aux responsables, plusieurs fois réitérée dans le cadre des inondations, n'a toujours pas été prise en compte.

 

Varennes_040.jpg (107417 octets)

Varennes_053.jpg (7844 octets) Varennes_062.jpg (10113 octets)
Qu'en dises les journaux ?

Varennes-sur-Seine

Incident technique au barrage :

la navigation interrompue

A SEINE ne s’écoule pas toujours comme un long fleuve tranquille. Samedi après-midi, un grave incident technique s’est produit au barrage de Varennes-sur-Seine, près de Montereau, provoquant l’arrêt total de la navigation dans la zone. A cet endroit passent d’habitude entre 40 et 50 péniches par jour. « Il y a eu rupture du circuit hydraulique qui fait fonctionner les vannes. L’une d’elles s’est retrouvée au fond. Notre personnel a dû fabriquer une nouvelle pièce et l’installer. Tout s’est rétabli samedi soir », explique Daniel Bascoul, chef d’arrondissement Seine-amont aux Voies navigables de France, qui gère le réseau.

En attendant, pendant plus de quatre heures, l’eau s’est écoulée. Conséquences ? La digue des berges de Varennes a cédé, le béton a glissé au fond de l’eau. Un danger pour les bateaux qui naviguent dans le secteur, l’eau est montée et a inondé des berges à Melun et au Mée. Pourtant, le pire a été évité. Certains bateaux ont failli toucher les ponts en navigant en dessous. En amont, le niveau a baissé d’un bon mètre. Résultat : les péniches de commerce chargées de marchandises ont été bloquées. « Elles auraient pu toucher le fond, ce qui est très dangereux car, vu le poids de l’ensemble, le bateau peut se casser », commente Daniel Bascoul.

L’accident a provoqué la colère des mariniers bloqués à Varennes.  « Il y a un défaut d’entretien. Rien à voir avec ce qu’on voit en Hollande !

Si on veut développer ce mode de transport, moins polluant que sur route, il faut des budgets ! »

Dans le cadre d’un contrat Etat-région, VNF a prévu de rénover treize écluses de la Haute-Seine pour 26 M  et de créer deux nouveaux barrages pour 55 M  : aux Vives-Eaux à Melun et au Coudray-Montceaux

(Essonne).

S.B.

                                                                                                                                                             Retour brèves
Accueil       Sommaire 1    Aide   Table    Tous droits réservés     02/02/08     Ceci est une  Production     PENICHE.COM