Assemblée Générale du 17 décembre 2005

Mesdames, Messieurs,  BONJOUR

 J'aimerai vous remercier de m'avoir offert votre tribune, votre présence et votre écoute.
 Votre association compte 3000 membres sur 4200 professionnels navigants. FAUVE en compte 10 fois moins et encore ils ne sont pas tous bateliers, nous aurions d'ailleurs beaucoup de mal puisque les artisans bateliers français ne sont plus que 650, mais si l'on rapporte votre formidable réussite quantitative à la durée de votre existence, FAUVE du haut de ses quatre ans est un peu moins intimidé !
Et c'est « KONINKLIJKE SCHUTTEVAER », la plus ancienne association de ce pays entre mer et canaux qui, véhiculée par vos collègues, je cite ici les bateaux «CAMBIO » et « AVANTI » vient à travers les méandres de nos canaux à la rencontre de FAUVE la première association à s'inquiéter de l'entretien et de la défense des usagers de la voie d'eau en France.

L'initiative de M. Van Dyck pleine de dynamisme, de force, de détermination d'aller de l'avant, en un mot d’une motivation évidente est un pas décisif pour construire ensemble une base non politique, d’une Europe d'entente, d'échanges, à travers ce qui a toujours été le premier élément incontournable de toute naissance, de tout transport et de toutes les aventures humaines culturelles et industrielles : l'eau.

Ces qualités sont l'apanage de la société civile, des gens de terrain, des témoins des réalités de tous les jours, elles se concrétisent ici par le partenariat entre associations sans but lucratif et sans autre motif que l'objet de ses statuts c’est à dire la défense de la «Voie d'eau » sous toutes ses formes.
Elle se manifeste par la liberté de l'engagement de ses membres, l'indépendance financière de ses actions, le désintéressement de ses initiateurs.
Elle a choisi d'agir et c'est l'action qui est le moteur de toutes nos motivations.

Les 155 ans d'existence de « KONINKLIJKE SCHUTTEVAER » sur le terrain le prouvent. Votre culture, la nature, l'atavisme du pays vous a donné la pugnacité dans vos actions ; Vos travaux et votre détermination donnent à la Hollande cette modernité dans la tradition, le progrès mais avec la mémoire du passé.
FAUVE est né par réaction à l'abandon et à la déliquescence de son réseau navigable intérieur, abandonné depuis l'avènement du chemin de fer.

Des 12 900 km du réseau navigable français des années 1960, aliéné par l'inutilité de son existence, le manque d'intérêt pour son patrimoine il ne reste que 9000 km en 1990 gérés par les V. N. F. Voies Navigables de France.

 
Frontalier, je me souviens de la construction du canal d'Alsace dans ma jeunesse. Fervent admirateur du projet de modernisation du canal du Rhône au Rhin et de la construction dans cette optique du port de FOSS à côté de Marseille je fus peiné par cet abandon.

 Et à nouveau, alors qu'études, tracé, expropriations, financement et gestion par le CNR compagnie Nationale du Rhône avaient permis un début de réalisation par la construction de la première écluse de NIFFERT sur le RHIN et le tronçon vers Mulhouse, la réalisation s'arrêta en 1995  pour de tristes raisons de politiques françaises partisanes je dirais même dogmatiques



L'Europe n'avait là pas encore la force d'imposer ce choix
.

 

Ces dernières années une dynamique nouvelle, générée par des associations, des villes, des régions et bénéficiant d’aides européennes ont permis de développer certains bassins de la région Nord.  Ce qui montre si besoin en était de la puissance de la société civile et des aides européennes.


C'est l'Europe qui en déclarant en 2003 le projet Seine-Nord comme prioritaire du réseau européen permit d'engager les études d'avant-projet et de réalisation de ce nouveau canal. La déclaration d'utilité publique est programmée pour fin de 2007 alors que les études ont été évaluées à 28 millions d'euros et les ouvrages à 2,6 milliards en mai 2004.

 Cet exemple permet de ne pas désespérer de la construction « un jour » au gabarit européen des 240 km du Rhône à la Saône et d’ouvrir enfin la mer du Nord à la Méditerranée et la France à l’Europe de l’Est, et à la mer Noire.

 Confiant dans cette réalisation incontournable qui ne se fera pourtant qu'avec la pression des associations d'usagers internationaux et une directive de l'union européenne notre tâche immédiate est la défense de l'entretien et de la modernisation des canaux mal entretenus, indispensables à la navigation, et qui se trouvent malheureusement majoritairement en France.

Notre action commune qui nous fera inventorier, centraliser, dénoncer et publier les dysfonctionnements permettra, au jour le jour, d'alerter les gestionnaires de la voie d'eau française et leur autorité de tutelle des difficultés rencontrées.

 FAUVE l'a fait, et a obtenu des résultats pratiques ; FAUVE veut continuer à le faire mais avec vous tous.

  Alors, comme M. VEUGER du bateau « CAMBIO » qui m’a contacté le 9 septembre pour que réussisse notre partenariat, transmettez-nous documents et photos pour publier vos difficultés sur nos Voies d’Eau quand vous transiterez en France.

  Je vous remercie pour votre attention.

fauve@peniche.com ce texte en hollandais     Retour    Brèves
 
Accueil       Sommaire 1    Aide   Table    Tous droits réservés     05/01/06     Ceci est une  Production     PENICHE.COM