LE COUDRAY-MONTCEAUX.
Embouteillage sur la Seine
Trop vétuste, l'écluse est tombée en panne. Elle bloque la circulation de centaines de péniches depuis mercredi.

ATTENTION, avis de tempête sur la Seine. Hier après-midi, une quarantaine de bateliers bloqués au barrage du Coudray-Montceaux ont piqué une grosse colère. Depuis mercredi, la navigation est arrêtée sur près de 150 km de la haute Seine, entre Paris et Nogent-sur-Seine. Résultat, des centaines de péniches coincées en amont et en aval.

En cause : l'écluse du Coudray, dont les portes ne parviennent plus à s'ouvrir. Un lieu stratégique par lequel transitent 50 à 70 péniches transportant 1 000 à 2 000 t de marchandise chaque jour. Soit l'équivalent de 1 350 camions. Autant dire qu'un embouteillage monstre s'est créé sur la Seine. « On connaît de sérieux problèmes sur cette écluse, depuis lundi notamment. Le circuit hydraulique qui manœuvre les portes ne fonctionne plus correctement », tente d'expliquer Lucette Lasserre, chef de l'arrondissement Seine-amont des Voies navigables de France, aux mariniers furieux. « Ce n'est pas la première fois que ça arrive ! On a tout le temps des problèmes ici. Lundi, j'ai déjà été arrêtée quatre heures pour passer l'écluse. Là, ma péniche est bloquée depuis mercredi midi », s'irrite Macha, une batelière.

Des voies mal entretenues pendant des années

Tous pointent du doigt la vétusté des installations. « J'ai navigué pendant douze ans en Allemagne, Belgique et Hollande. Là-bas au moins, les voies sont bien entretenues et on n'est pas obligé de payer de droits de canaux. En France, non seulement on a des problèmes avec des écluses cassées, mais en plus on doit verser jusqu'à 3 000 € par mois pour pouvoir naviguer ! » dénonce Fabrice Deloffre, coincé au Coudray depuis mercredi.

Du côté des VNF, on fait son mea culpa : « Les voies navigables ont été abandonnées pendant des années au profit de la route. On a beaucoup de retard à rattraper. Tout le réseau en Seine-aval a déjà été refait. Maintenant, c'est au tour de la Seine-amont, de Paris jusqu'à Nogent-sur-Seine. Il était temps car le trafic fluvial ne cesse d'augmenter : le nombre de tonnes transportées sur la haute Seine a progressé de 20 % cette année », se réjouit Lucette Lasserre.

En 2008, VNF prévoit de remettre à neuf le barrage du Coudray-Montceaux. Des travaux qui doivent durer jusqu'à fin 2009. Hier soir, certaines portes de l'écluse ont pu être remises en route et les bateaux évacués au compte-gouttes. Mais VNF a préféré ne pas lever l'arrêt de navigation, craignant une nouvelle avarie.

Marine Legrand
Le Parisien , vendredi 02 novembre 2007
BARRAGE DU COUDRAY-MONTCEAUX, HIER. Une quarantaine de péniches sont bloquées. Le circuit hydraulique qui manoeuvre les portes de l'écluse ne fonctionne plus correctement.  (LP/M.L.)
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Le Parisien 2005

14 novembre 2007     

Reprise de la navigation sur la Seine à l’écluse du Coudray (Essonne)

La navigation sur la Seine, en amont de Paris, à l'écluse du Coudray a pu être rétablie dans l'après-midi du lundi 12 novembre en mode dégradé (temps de passage à l'écluse ralenti) et les agents de la Direction interrégionale de Voies navigables de France se sont fortement mobilisés pour réparer les portes de l'écluse et parvenir à une remise en service semi-manuelle.

L'écluse du Coudray, au cours de ces dix derniers jours, a subi des pannes successives importantes empêchant le fonctionnement normal des portes de l'écluse. Ces incidents techniques, dus à la vétusté de cet ouvrage, ont entraîné trois jours d'arrêt de la navigation. L’écluse du Coudray est située sur un itinéraire majeur d’approvisionnement de la région parisienne et voit transiter chaque jour entre 50 à 70 bateaux pour un trafic marchandises supérieur à 3,5 millions de tonnes annuelles et une activité de 682 millions de t-km, soit 8,5% du trafic national (réf 2006). Ce trafic concerne principalement les matériaux de construction (2,4 Mt), les céréales (882 600 t), les produits métallurgiques/ferrailles (132 100 t) et les conteneurs (3 500 EVP) qui transitent par cette écluse, en liaison avec les ports de la haute Seine.

En conséquence, Vnf s'engage à indemniser rapidement les mariniers concernés par cet arrêt de la navigation dans le cadre des dispositifs en vigueur. Vnf a également mandaté une entreprise pour effectuer une expertise approfondie permettant de rétablir au plus vite un fonctionnement normal de l'écluse, en attendant la rénovation complète de l’ouvrage.

Les incidents qui viennent de survenir sur l'écluse du Coudray montrent la fragilité des ouvrages sur la Seine à l'amont de Paris. Ce constat a conduit Vnf à engager un vaste programme de rénovation, dans le cadre des Contrats de projets sur 2007-2013, avec le soutien financier de la région Ile-de-France. Ce programme prévoit la reconstruction des barrages du Coudray et des Vives-Eaux et une première tranche d'une opération de rénovation de l'ensemble des écluses de la Haute-Seine pour un total de 80 millions d'euros. La rénovation des écluses est ainsi programmée site par site en fonction de l'état des ouvrages, ce qui permettra à la fin de la période une amélioration significative de la qualité de service et de la fiabilité de l'itinéraire. Cet effort devra toutefois se poursuivre au delà de 2013 pour atteindre l'ensemble des objectifs.

Côté barrages, les travaux de reconstruction de l'ouvrage du Coudray, également considérés comme urgents au regard de l'état du barrage, débutent dès décembre prochain pour une livraison en 2010 et intègrent la modernisation des automates de l'écluse du Coudray. Viendront ensuite les travaux du barrage des Vives-Eaux pour une livraison en 2012-2013. En outre, la reconstruction du barrage de Beaulieu, situé à proximité du port de Nogent-sur-Seine fait également partie des priorités d'intervention de Vnf et fait quant à lui l'objet d'une aide financière de la région Champagne-Ardennes. Le développement nécessaire du transport fluvial, identifié à l’occasion du Grenelle de l’environnement, suppose une poursuite volontariste du programme de fiabilisation et de modernisation du réseau navigable, notamment sur l'ensemble du bassin à l'amont de Paris où la demande de transport est en forte croissance et le trafic en constante progression.
Corinne Spiner

L'on est en droit de s'interroger de l'efficience de l'Établissement Public Industriel et Commercial créé par la loi de finances de 1991 à remplir sa mission de reconstruire la Voie d'eau. Les taxations de tous ordres au profit de VNF se multiplient, l'État ne s'est jamais désengagé et rien n'a été amélioré. De là à penser au scandale des "bureaux d'études" ..., 
Le 20 novembre 2007 l'écluse d'Evry-Petit-Bourg tombe en panne, nouvelle immobilisation de 2 jours pour certains, mais ce qui est plus grave c'est que la deuxième écluse d'Evry, abandonnée depuis 1961 devait à nouveau être opérationnelle le 3 mars 2007. Les travaux commencés le 3/07/2006, jamais terminés sont arrêtés depuis plusieurs mois. .. (voir ces pages )
         2003    le barrage  -  la brèche  -  les travaux  -  vue générale  -  Une réparation de fortune   Avis à la batellerie    Janvier 2003       Retour brèves
Accueil       Sommaire 1    Aide   Table    Tous droits réservés     03/12/07     Ceci est une  Production     PENICHE.COM