VNF "Pourrait se voir confier de nouvelles missions"

        Un nouvel élan

Lors du Conseil d'Administration du 6 Octobre 1998, François Bordry, président de Voies navigables de France, a présenté la stratégie de VNF pour les cinq prochaines années, en réponse à la lettre de mission de Monsieur le ministre de l'Equipement, des transports et du logement.Nous vous proposons son rapport qui a reçu le soutien unanime du Conseil d'Administration.

pour la voie d'eau

   Les extraits de la lettre mensuelle de VNF N° 33 novembre 1998 sont intégralement affichés dans la forme et le texte les § en gras sont d'origine, seuls les couleurs et occasionnellement les renvois sont de l'administrateur du site

Etre prêt pour de nouvelles missions

" Honorant ses missions traditionnelles, conscient des compléments à leur apporter, VNF pourrait se voir confier de nouvelles missions. L’hypothèse a été avancée à diverses reprises que l ’État pourrait confier à VNF la partie du réseau de voies navigables qu’il a conservée en gestion directe. C’est en vertu de ce même souci d’unification que l ’extension du domaine d 'intervention de VNF a également été envisagée pour diverses missions régaliennes actuellement exercées par l ’État ."
" Par exemple, la surveillance technique des bateaux de marchandises et de tourisme qui relève habituellement de la police de navigation exercée directement par l ’État, pourrait utilement être confiée à VNF,dans la mesure où les commissions de surveillance font partie des services de la navigation mis à disposition de l’établissement ; et, compte tenu des nombreuses relations entretenues avec les professionnels, cette nouvelle mesure permettrait de favoriser la communauté de vue entre ceux-ci, les gestionnaires du réseau, et les responsables du contrôle technique"

           Mobiliser toutes les ressources

" Conscient de ces nouvelles orientations, j'aimerais insister sur les moyens et sur les réformes à accomplir afin de satisfaire aux ambitions qui nous sont désignées.
Notre action me paraît subordonée à une série d'impératifs : il faut nécessairement augmenter les recettes, tout en sachant mobiliser les services de l'Etat mis à disposition et adapter l'organisation de l'établissement public.
Cette exigence implique que l'établissement fasse tout
pour développer ses recettes propres, .............."au premier rang desquelles figure la taxe hydraulique.
De même, alors que le Péage plaisance paraît avoir trouvé son régime de croisière, le péage marchandises fait actuellement l'objet de réflexions qui devraient déboucher sur une réforme dont nous évaluerons les effets lors d'un prochain Conseil d'Administration.
Mais ce sont
les ressources domaniales qui nourrissent nos espoirs. Celles-ci sont en effet passées de 5 millions de francs en 1991 à 40 en 1998 et devraient dépasser 50 millions de francs l'année prochaine. Cette augmentation importante est dûe à la révision et à l'harmonisation des barèmes domaniaux utilisés auparavant par les services de l'Etat et surtout à l'apparition de nouvelles ressources comme l'implantation de réseaux de fibres optiques sur le domaine des voies navigables. Le développement de ces ressources se poursuivra mais à l'examen, sont apparues également des opportunités de développement importantes reposant sur la mise en valeur du domaine foncier ou bâti confié à l'établissement.
Du fait de cet accroissement des ressources domaniales, il s'est avéré important de donner à VNF la capacité et les moyens pour assurer le développement de
son domaine. C'est dans cette perspective que j'ai présenté au Conseil le projet de création d'une filiale de valorisation patrimoniale, et qui serait susceptible d'améliorer la mise en valeur du domaine et enfin, bien entendu, d'en augmenter les recettes.

Retour à Nantes  sommaire §   Suite