Rogny, les sept écluses

ERognym.jpg (15535 octets)

Le Roi Henri IV et son ministre Sully ont fondé en 1597 le projet de développer les voies navigables et d'unir la Méditerranée à l'Océan Atlantique et à la Manche.

Les travaux de Rogny commencèrent en 1605 sous la direction de l'architecte Hughes Cosnier  nommé par Sully.

Ce travail d'architecte solide dans sa conception, les murs de soutènement épais de 1 mètre 95 s'épaulaient mutuellement, était économique dans sa réalisation puisque les écluses accolées limitaient le cubage de maçonnerie et le nombre de portes. Son exploitation l'était moins. Les bateaux ne pouvant se croiser l'attente durait une journée pour laisser passer un train de chalands allant dans la même direction et la consommation d'eau doublait, une éclusée ne servant qu'à un seul bateau. Le volume d'eau nécessaire était de 1600m3 par bateau. Cette eau il fallait l'amener jusqu'au bief de partage soit 750 litres /seconde en été et toutes les sources étangs et réservoirs alentour n'y suffisaient à peine..

  Ouvrage évidemment entièrement construit à main d'hommes. La population de Rogny augmenta de 12 000 ouvriers et de
6 000 hommes de troupe pour les protéger des propriétaires expulsés.

  Suite aux difficultés financières et à l'assassinat du Roi les travaux s'arrêtèrent en 1610. L'ingénieur Cosnier mourut en 1629, la guerre de trente ans, les objectifs de Louis XIII firent abandonner le canal en toute propriété avec toutes autorisation de détourner eaux et rivières pour l'irrigation et toute liberté d'exploitation et de péage à la Compagnie des Seigneurs du Canal fondée en 1638.
Le grand escalier d'eau fonctionnera plus de deux siècles, permettant le développement de la navigation de commerce et la prospérité de la compagnie.
Le trafic annuel allait de 3 à 4 000 bateaux

Offrez la casette vidéo du canal de Briare

ERognyd1.jpg (17374 octets)

 

En 1880 le sept écluses furent remplacées par les six actuelles au gabarit Freycinet, séparées d'environ 500 mètres les unes des autres elles contournent la colline et dès 1887 les anciennes trop petites et trop consommatrice en eaux furent abandonnées

    
 
      Sommaire  §     Retour carte     Suite