PARIS     la passerelle de Solférino

Les premiers travaux commencent dès 1995 avec le battage des palplanches. 1997 verra le début du gros œuvre et la construction des éléments de la charpente métallique. L'année suivante les éléments seront assemblés au-dessus de la Seine.

Passerelle de Solférino montant 
photo Bernard Kuntz

Du haut de la passerelle la vue sur la Seine est complétée par la perspective sur le Jardin des Tuileries. Des bancs, qui allient sobriété et noblesse de la matière, sont là pour retenir le chaland et le faire rêver. Magnifique escale entre les musées du Louvre et d'Orsay de l'Orangerie et du Jeu de Paume.

De fer, inox, aluminium et bois exotique cette nouvelle passerelle n'a de lieu commun avec l'ancienne que l'emplacement.

Les fondations sous forme de piliers en béton s'enfoncent de quinze mètres sous terre. L'arceau métallique est un assemblage de six éléments de 150 tonnes fabriqués par les établissements EIFFEL. 120 tonnes de bois Ipe d'origine guyanaise forment le sol et donnent la chaleur à cette structure d'apparence aérienne. Le maillage en inox des filets de protection  les rendent transparents.

Passerelle Solférino en construction
photo Bernard Kuntz 10/99

  15 décembre 1999 Inauguration   Solferino pour les avalants     Sommaire §    Sommaire Paris   Sommaire Ponts    Suite